Difficile de croire à la simplicité ?

Difficile de croire à la simplicité ?

Cette semaine était la semaine sociale pour moi. Lundi avec  » Pratiques sociales » sur  » Le travail entre contrainte et invention » et Jeudi avec l’ANAS, Association Nationale des Assistants de service Social ( www.anas.fr) sur le thème de la « prévention de la désinsertion professionnelle ».

Le temps passant mon entourage parvient à me persuader que la simplicité, la synthèse et la concision pour présenter le concept de désir de travail valait mieux que l’exhaustivité parfaite et l’imparable cohérence dans le moindre détail.

Comme je n’avais que 45 minutes à ma disposition, j’ai dû obtempérer. L’organisation parfaite, un animateur (breton de Brest) talentueux (donc) et un public très chaleureux, ont fait que j’ai pu vérifier facilement l’impact positif de l’épuration d’une idée nouvelle.

Mais j’ai pris conscience au moment même où je faisais mon travail d’exposé que le « Désir de travail » lui aussi permettait de simplifier et synthétiser la constante complexité de présentation avec laquelle est servie la litanie « risques psycho sociaux, stress, burn-out, climat social, absentéisme, incertitude économique, conflits » et j’en passe, présentation qui parvient vite à rendre confus puis à accabler inutilement ceux qui se consacrent au problème.

Personne ne semble pouvoir croire facilement que la notion de « Désir de travail » simplifie l’approche, ni que le recours à l’identité professionnelle permet de proposer des solutions opérationnelles accessibles. Et pourtant c’est vrai !

Il y a deux raisons à cette incrédulité (momentanée, espérons le) :

  1. La nécessité d’un « pas de coté » important,  pour voir les choses autrement, en intégrant la dimension de l’inconscient au travail.
  2. Le refus d’intégrer le temps pour comprendre, temps que personne ne veut prendre.

C’est peut être un prix trop élevé ?

Il l’est moins que les centaines de milliers d’euros dépensés à vérifier en vitesse avec des questionnaires sans surprises, que le travail pose des problèmes de communication, de coopération et de reconnaissance.

Étonnant non ?

Publicités

3 réflexions sur “Difficile de croire à la simplicité ?

  1. Gustave THIBON disait  » sortir de son Centre , pour retrouver son milieu  »
    Se décentrer n’est-ce pas nécessaire pour rentrer dans le champ de communication de l’autre ; dans son espace de réception
    Rendre de la distance , ce n’est pas du temps perdu , si ça rapproche du « SUJET  » …ce décentrer pour mieux se papprocher de…
    Les préalables , ou préliminaires ne sont ils pas les temps essentiels ?
    Séquencer, faire des paliés …respirer , s’ouvrir à l’autre avant le soupir de communion .
    On va plus facilement ou le plaisir nous mène !
    Chaque jour , il m’est donné de constater combien la notion « d’identité professionnelle  » est fondamentale ; Aucun Manager ne devrait l’ignorer.
    Comme la Notion de  » Désir de Travail  » …concept dérangeant , complexe ! …pas de boîte à outil ! …le manager respectueux de… n’est pas là pour s’occuper des TÂCHES , mais bien d’UNE HYGIENNE QUOTIDIENNE POUR L’ENTRETIEN , LE MAINTIEN DU  » DÉSIR DE TRAVAIL  » là est le SUJET !
    Ah ! : Gustave THIBON a écrit , également trois ouvrages que j’adore
    – l’ignorance Étoilée .
    – L’Echelle de Jacob .
    – Notre Regard qui Manque à la Lumière .

    C’est un Très Grand Philosophe Chrétien .
    Mais Moi je suis …

    Le CATHARE .

    NB : pour un autre regard :
    —————————-
    Simone Weil ( 1909 / 1943 )( pseudo. Émile NOVIS / anagramme . ) philosophe née Juive , devenue Chrétienne , grande Amie de Gustave THIBON et de CAMUS , a écrit , entre autre :
    – La condition Ouvrière(1937 ) : philosophie du Travail (un autre regard , que celui de Roland . )
    – L’ENRACINEMENT ( prélude à une déclaration des devoirs envers l’être
    HUMAIN .( édité après sa mort en 1949 grâce à CAMUS )
    – LA PESANTEUR ET LA GRÂCE / cahiers de 1940 a 1942 avec Gustave THIBON + préface .( magnifique )
    Je me demande si Roland est très Catholique ? Moi même ?
    Mais il a le SENS DU DIVIN ! …moi , je crois ?

    Le CATHARE .

    Ces Regards , ces pensées se RENFORCENT et se COMPLÈTENT ;
    Les terres de la philosophie sont moins ARIDES , que celles de la PSYCHANALYSE . mais toute les deux sont très Fertiles .

  2. …pour la COMPLEXITÉ , VOIR EDGAR MORIN  » COMPLEXUS  »
    …une pensée qui RELIE …EN BOUCLE DIALOGIQUE , ET RÉCURSIVE .
    / psychanalyse/ philosophie/ Sociologie / Ethnographie…/ CULTURE..
    TRICOTER ENSEMBLE LE TISSU DE LA COMPRÉHENSION .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s