Le paradoxe de la situation de travail (3)

Voici la suite de ma série d’articles sur les paradoxes du travail. Bonne lecture à tous.

Lire le 1er / Lire le 2nd


iu

Le sentiment que « la personne qui travaille est respectée », peut naître d’une amélioration des conditions de travail, mais cela ne suscite pas pour autant l’engagement et l’effort. L’effort est signe plus convaincant, lui, d’une mise en route du désir. On peut citer de nombreux cas ou quelque chose vient ainsi gâcher la belle ordonnance des logiques managériales de la motivation, hideux, superficiel et syncrétique concept, qui prétend rendre compte de l’alpha et l’oméga de la bonne relation au travail en déguisant d’un peu de hi-tech relationnel la vieille méthode « bâton / carotte ».

J’ai repris cette petite entreprise au fonctionnement moyenâgeux, il y a deux ans. Depuis le début le propriétaire hurlait sur ses employés, sans jamais les augmenter, sans même leur adresser autrement la parole. Le produit fabriqué est basique, grossier, et les bénéfices ne tiennent que de la maîtrise d’un marché minuscule qui n’intéresse personne d’autre.

Depuis 20 ans ils supportent ça sans broncher.

J’ai eu l’ambition d’industrialiser et de développer progressivement cet atelier : rangement, habits propres et outils neufs, formation pour tous et intégration de jeunes, nouvelles machines, produits en évolution, réunions d’information et souci social, intéressement aux bénéfices. En deux mots : le progrès et l’humanisme ; mais voilà, plus j’avance sur ces points, moins ils travaillent !

J’ai pris conseil auprès de collègues chefs d’entreprises, ils me conseillent tous de revenir à une poigne de fer….

Le désir de travail, il faut le croire par cette histoire authentique, n’est guère sensible aux conditions de travail, ou, s’il l’est, ce n’est pas tout à fait dans le sens d’une relation logique entre causes et conséquences. La logique pulsionnelle poursuivie jusque dans son élaboration en logique du Désir n’est pas une logique « rationnelle » au sens strict. Le style du manager, le style du management est de peu d’effet si le processus désirant ne peut se nourrir. On verra que ce processus se nourrit essentiellement de quelques dimensions « symboliques » précises et finalement peu nombreuses.

Lire la suite

Comprendre les comportements hystériques au travail

Suite de l’interview pour Précepta : Comprendre les comportements hystériques au travail

Precepta Stratégiques a reçu Roland Guinchard, consultant associé chez Montgolfière Management, dans le cadre de son ouvrage « Les personnalités difficiles ou dangereuses au travail ».

Une interview menée par Thibault Lieurade.

Voir la vidéo sur le site de Xerfi / Precepta

Suivez notre actualité sur Twitter : @MGFmanagement

« Je connais mon boulot quand même ! »

…et autres petits symptômes narcissiques de l’identité professionnelle.

Narcissisme

Qui n’a jamais entendu quelqu’un, sous le coup de la colère, de l’indignation ou de la révolte, s’écrier «  je connais mon boulot quand même ! ». Ou encore un autre, désespéré par la remise au point technique venue d’un supérieur hiérarchique : « Comme si je ne connaissais pas mon travail ! » Aussi fréquent est le sentiment honteusement caché d’être un imposteur. C’est à dire la crainte (souvent illégitime) de n’être pas à la hauteur de la situation professionnelle, ou de la fonction occupée. Tout le monde a eu l’occasion de découvrir avec surprise le doute constant des autodidactes les plus compétents. Un dernier symptôme est la vérification minutieuse de la place accordée à son propre nom dans l’organigramme ou sa place dans la grille de qualification. Tout cela n’a d’égal que le sentiment de fierté et la satisfaction éprouvés à percevoir que l’on est – et que l’on est reconnu comme – un bon professionnel, un excellent spécialiste.

La susceptibilité.

Chacune de ces situations quotidiennes, chacun de ces comportements, ou de ces « éprouvés intimes » ont un point en commun, ils mobilisent de façon forte la SUSCEPTIBILITÉ. Or il est certain, (tout psychanalyste vous le confirmera) que lorsque la susceptibilité est présente, elle est la manifestation d’un mécanisme ancien et très profond dans la constitution de l’individu : le narcissisme.

Le narcissisme. 

Il ne s’agit pas seulement de la partie secondaire de cette instance. C’est un peu plus que la belle image dans l’idéal du moi, plus que la représentation modèle et magnifiée, ouverte à la rêverie consciente, de « la promotion, du pouvoir accru, de la carrière, du statut prestigieux. » Non, il s’agit surtout de la mobilisation du narcissisme primaire, constituant le « moi idéal » beaucoup plus ancien. Ce dernier structure de façon précoce et inconsciente chez tout individu l’essentiel de la conscience de « soi-dans-le-regard-des-autres » et son identification à ces mêmes autres. La susceptibilité propre au travail dont nous relevions quelques signes à l’instant, donne par sa réactivité extrême, l’indice d‘une mobilisation du narcissisme primordial dans le champ professionnel. En surface ces petites histoires ont l’air d’une « simple » vexation, ou d’une fierté « innocente et bien naturelle », mais en profondeur il se pourrait bien que cela touche à l’essence même de l’être social porté par chacun.

L’identité professionnelle. 

La concrétisation de ces mécanismes apparaît dans le concept « d’identité professionnelle » qui est « l’organe psychique » chargé de réguler la construction de l’individu dans son rapport à l’autre sociétal. Tout cela se joue dans le domaine du travail, de façon essentielle et vitale.

C’est bien une question d’existence.

 Les « petites histoires de boulot ne sont pas rien ».

La leçon à en tirer c’est qu’il faut prendre très au sérieux les signes d’existence de l’identité professionnelle et de ses atteintes éventuelles. Car alors on comprend mieux à quel point des promesses non tenues dans le travail peuvent « inexplicablement » entrainer le désespoir des employés à qui on les a faites. On comprend comment et pourquoi un mode de management ignorant de ces choses peut entrainer une « panique » suicidaire dans toute une grande entreprise. On saisit les raisons pour lesquelles le terme de harcèlement est si étonnamment et rapidement dégainé chaque fois qu’une remarque professionnelle est lâchée, même atténuée et justifiée.

Les paradoxes. 

On découvre pourquoi des conditions de travail difficiles, un manque total de convivialité ou une rémunération médiocre n’entraînent pas forcément du découragement. Car l’identité professionnelle préservée par un discours clair et un projet intéressant, demeure un soutien personnel extrêmement solide. On comprend alors comment un avis, même sévère, sur le travail de quelqu’un peut avoir des effets positifs sur l’engagement, dés lors qu’il s’agit d’une parole juste, ouverte à la reconnaissance des progrès. On peut percevoir enfin pourquoi le bonheur au travail n’est jamais à rechercher autant que le simple respect de l’identité professionnelle, qui serait la condition même du bonheur professionnel, s’il y en a un. Le respect de l’identité professionnelle n’est pas constitué par la « gentillesse » à l’égard de celui qui travaille, mais par la reconnaissance authentique de ce que son lien au travail est fondamental et identitaire.

(Cela dit, la gentillesse ne gâchera rien).


rolandguinchard

Le site du cabinet Montgolfière Management

Twitter

Bonjour l’Angoisse !

Angoisse quand tu nous tiens !

too much money

Les missions de Montgolfière Management montrent avec une éclatante force que la question majeure qui sous tend toute espèce de dysfonctionnement douloureux dans l’entreprise ou dans le lien au travail, est l’angoisse.

C’est un grand mot. Il fait peur, et personne n’ose le prononcer sans risquer de découvrir un peu la chose en lui. Mais sachons le : l’Angoisse est au cœur de l’homme, elle est nécessaire sans doute, en tout cas indissociable d’un corollaire important : le Désir.

C’est ainsi que toute énergie consacrée à la survie de l’espèce (le désir dans l’Amour et le désir de Travail) est accompagnée d’Angoisse. Elle est donc « normale », ou, en tout état de cause, inéluctable.

Mais elle n’est jamais reconnue et semble demeurer un phénomène insistant et mystérieux. Peut être a t-on du mal à savoir clairement ce que c’est ?

Nous n’en voyons qu’une sensation déplaisante qui « serre » le ventre, la gorge, et même les pensées et cherchons à l’éviter, bien sûr, mais en vain.

Une définition de l’angoisse nous semble accessible lorsque nous l’imaginons comme la peur de ne pas avoir quelque chose. C’est à dire que l’angoisse serait associée au manque : je n’ai plus de maman, de famille, de pouvoir, de travail, d’argent, d’avenir, de vie, d’amour… Bonjour l’angoisse. ?

Pas du tout !

 Manque du manque.

La psychanalyse à laquelle nous nous référons dans notre travail nous rappelle avec Lacan que, si le manque simple est vecteur de l’action (nous faire courir sans fin pour obtenir au bout l’objet supposé «  manquant »), par contre, l’angoisse est plutôt le manque du manque qui nous fait éprouver rien de moins que la peur de « ne plus être ».

Compliqué pensez vous ? Pas du tout ! Remarquablement éclairant, au contraire.

Appliquons immédiatement la formule à l’entreprise.

Jamais la sécurité, les biens et les garanties n’ont été d’un niveau aussi élevé dans les entreprises occidentales. Même si des efforts sont toujours possibles dans la réalité, nous « avons tout », nous ne « manquons » de rien.

Mais jamais les plaintes, les douleurs et les souffrances n’ont été aussi nombreuses et mystérieuses, jamais les revendications d’identité n’ont été si importantes au travail, jamais les défaillances existentielles de type burn-out n’ont pris cette dimension pandémique.

Pourquoi ? Parce que ces symptômes sont une manifestation d’angoisse, et même ceux qui semblent ne rien avoir, exclus du système, en sont victimes.

 Les RPS et le burn-out, par exemple c’est de l’angoisse créée par le manque du manque.

Nous crions au manque d’emplois et de réussite économique alors que nous sommes gavés de biens et de sécurités, engoncés dans le refus de risques.

Politiques, fonctionnaires, employés, banques, syndicats et entreprises restent recroquevillés sur leurs objets, dans la peur de les perdre, dans la peur de ne plus avoir d’avoirs, créant eux mêmes leur angoisse et l’immobilité qu’ils déplorent abondamment.

Sortir de la crise morale du travail, de l’économie et du politique serait accepter de manquer pour recommencer, ouvrir au risque de reconnaître l’angoisse pour faire face à « la peur toute simple » qui mobilise le courage et l’action.

C’est un challenge commercial risqué, mais Montgolfière Management propose aux entreprises d’accepter, de reconnaître et de faire face à leurs symptômes d’angoisse, pour leur apprendre à la mesurer, à savoir la gérer, et ainsi retrouver du manque et du mouvement, de la peur et du courage, du projet et de l’espoir.(Approche iXa)

Encore faut il accepter d’entendre la différence entre la peur et l’angoisse, entre le sujet et l’objet, entre le manque et le manque du manque.


rolandguinchard

Le site du cabinet Montgolfière Management

Twitter

L’ abus du terme de Harcèlement

On doit se réjouir de ce que le concept et le terme de harcèlement moral mis en lumière par Marie-France Hirigoyen (« Le harcèlement moral » et  » Le harcèlement moral au travail » Marabout éditions) aient pu venir recouvrir des faits avérés pour permettre des actions réelles de sauvegarde des personnes.

Mais le passage relativement rapide de cette notion dans la loi, a autorisé un abus manifeste du terme… Ainsi 3 dossiers de plainte pour harcèlement sur 4 sont rejetés.

La raison de ce phénomène est assez simple dans notre perspective :  cet abus du terme existe parce qu’aucun autre terme n’est disponible pour désigner d’autres formes d’atteintes du « Désir de travail », tout aussi réelles mais moins graves que le harcèlement moral. Un peu comme si on se mettait à appeler toutes les affections physiques, petites et grandes : « cancer ».

La méconnaissance du lien au travail comme vivant et proche des mécanismes du désir permet de comprendre cette situation. Car il existe beaucoup d’autres cas d’atteintes du désir de travail ayant également un impact sur l’identité professionnelle, mais qui ne peuvent être désignées comme harcèlement.

Cliquer pour plus d’informations

J’ai décrit dans le livre « Psychanalyse du lien au travail – le désir de travail » un certain nombre de ces atteintes. Par exemple les cas de « torsions précoces du désir  » qui relèvent directement du sujet lui même, ou d’attaques par  » privation », par « confiscation », par « substitution » de l’objet travail, visant potentiellement chacune des composantes, idéales, masochistes et réalisatrices du Désir de travail, ou encore les effets de la relation avec une personnalité difficile ou dangereuse, pas forcément perverse. On arrive alors à une douzaine de cas d’atteintes du désir de travail qui ne deviennent harcèlement que si plusieurs sont présents ensemble.

Pour tous ces cas, absents des esprits, mais présents dans le vécu, il ne reste disponible que la dénomination, abusive alors, de harcèlement.

A condition d’une analyse un peu plus fine que celles qui sont systématiquement proposées dans de grossiers « diagnostics » et les questionnaires dits « psycho sociaux », on peut construire des solutions de préservation de l’identité professionnelle. Ces solutions, au long cours, permettent de viser plus juste que la judiciarisation systématique, pour préserver et restaurer l’identité professionnelle.

Ce travail de diagnostic précis et ciblé, ainsi que les solutions managériales qui en découlent sont l’essentiel du travail au sein du cabinet Montgolfière Management.

Identité professionnelle, bonnets rouges et Gwen-a-du.

Les spectaculaires images des bretons protestant à Quimper, m’ont touché par la dimension « bonnet rouge et drapeau breton ».

Ce n’est pas seulement l’habileté de la communication des organisateurs qui m’impressionne mais surtout le fait que l’idée ait si bien fonctionné. On peut ajouter à ces images symboles la sombre satisfaction éprouvée et partagée, à voir tomber dans les flammes les espèces particulières de fourches « caudines » représentées par les portiques à taxer, vite taxés à leur tour de « parisiens ».

Pourtant quelque chose qui aurait pu n’être considéré que comme regrettables exactions, reviviscence d’historiques révoltes populaires, ou vandalisme plus ou moins manipulé, est apparu étonnamment juste, sinon justifié.

L’apparition du terme – péjoratif, ici – de « parisien » donne une indication : la revendication a pris un chemin identitaire, l’identité régionale en l’occurrence.

Et alors ? diront certains.

C’est pourtant bien là que gît le plus grand étonnement. Comment passe t-on naturellement d’une protestation économique, sous tendue par la crainte du chômage, à un mouvement si fortement connoté de valeurs régionales et à ce point partagé par toutes les catégories sociales et politiques bretonnes.

Les raisons historiques et socio économiques sont certes importantes mais il me semble essentiel de ne pas oublier une autre raison qui concerne davantage la dimension du désir de travail, telle que ce dernier se manifeste au travers de l’identité professionnelle.

Mon métier m’amène souvent à partager avec les managers, (et les politiques pourraient en profiter) qu’il faut à tout prix préserver et restaurer  l’identité professionnelle. J’ajoute que cette dernière peut être gravement atteinte par un discours de gestion connoté de « l’indifférence du semblant ». Cette expression particulière à la discipline de la psychanalyse du travail signifie simplement qu’une décision générale ( objectivement justifiée, comme toujours) doit impérativement s’accompagner d’un ajustement particulier.

Si l’identité régionale Bretonne surgit si brutalement et fortement contre des portiques caudins c’est probablement pour compenser la brutale angoisse de disparition de l’identité professionnelle apparue ces dernières semaines avec la crise de l’agro alimentaire. Aucun discours d’attention particulière n’est venu compenser cette anxiété, et l’opportunité des  « portiques symboles » permet ou oblige au recours retrouvé  à l’identité de secours, régionale. Par chance, elle reste, à cause de sa force, aux Bretons comme une possibilité de remplacement rassurante et consolante.

Mais fondamentalement en termes d’identité, sachons bien que le travail est plus important que la région, et rien, en tout cas aucun système, n’est à l’abri d’un brutal mouvement de sauvegarde. La preuve.

Désir de travail et Dimanche

JEAN AYISSI/AFP PHOTO

Normalement, le fait de proposer un loi autorisant ceux qui sont d’accord, à travailler « le jour du seigneur », ne devrait pas poser de problème. Mais on constate qu’une bonne demi douzaine de politiques s’y sont cassés les dents et le dernier en date ne devrait pas échapper à la règle. Quelque chose cloche, le débat continue, dans un bricolage permanent,  c’est le cas de le dire.

Les arguments des pros et des anti travail dominical, il faut le reconnaitre , s’équilibrent pied à pied ( cf fin du post). Cette opposition, acceptable, indique de notre point de vue une ignorance de la nature profonde du lien au travail. L’incontestable composante « contrainte » du travail est réelle mais n’en  représente que la surface visible représentées par les « tâches » (en général rapidement qualifiées de pénibles).

Tout le monde est d’accord : ces tâches doivent le moins possible menacer l’intégrité physique,  morale ou affective des sujets  et être pourvues de contrôles exigeants.

Mais il faut aussi en connaître un élément essentiel et caché.

Ces tâches ne constituent en rien l’essence du travail.

En effet le travail est pourvu d’une nature notoirement plus importante et complexe que ne le laisse supposer son expression sous forme de « boulot »

Derrière la tâche il y a l’énergie du désir de travail. J’ai consacré, avec Gilles  Arnaud un livre entier à ce concept et Wikipédia recèle son résumé, nous n’en donnerons que les caractéristiques essentielles voir Wikipedia ( Désir de travail), ou le rappel de 10 points en fin de cet article. Contentons nous pour l’évoquer d’un paragraphe , qui vaut son pesant de cacahuètes et de froncement de sourcils

Puisqu’elle est pulsionnelle on ne peut échapper à la force inconsciente qui mène d’une part vers l’amour, d’autre part vers le travail. Ces deux forces sont pourvues de dynamiques similaires mais non identiques visent le même projet de perpétuation de l’espèce mais avec des objets différents : l’amour vise « l’autre » , le travail « les autres ». Dés que d’une façon quelconque, on touche aux caractéristiques  de cette énergie la machine sociale est prise de soubresauts ( mariage pour tous, travail le dimanche sont des exemples récents).

TROIS CARACTÈRES du DÉSIR DE TRAVAIL  : SENS. SCANSION. SINGULARITÉ.

Parmi d’autres :

La recherche du sens : le sens pris par le Désir de travail passe entre la recherche de la vérité, la recherche du pouvoir, la recherche de la réalité. La répartition particulière de ces inconscientes modalités doit se glisser entre les obligations sociales et les besoins propres au sujet. Le travail le dimanche permettrait bien de répondre, pour pas mal de gens, à cette dimension

La scansion : l’alternance travail / non travail ( et non  celle : « travail / repos ») est totalement nécessaire pour maintenir vivante le dimension du désir de travail. Le travail du Dimanche, en gommant une possibilité d’alternance est une menace à la constitution de ce processus. Travailler sans cesse épuise les ressources symboliques personnelles autant que le corps.

La singularité : l’expression finale du Désir de travail, quelle que soit sa forme,  relève bien d’une ré appropriation particulière des offres d’emploi ou d’activités qui lui sont proposées sur le marché social. L’opération s’effectue pour chacun selon des modalités personnelles inconscientes, historiques et insaisissables. La variété de ces offres favorise l’expression du désir de travail. Le travail le dimanche y ajoute une possibilité.

Le résultat serait donc favorable, sur ces trois critères,  au travail le dimanche, qui apparaît en l’instant, plutôt cohérent avec la dynamique particulière du Désir de travail.

LE PROJET D’UNE NOUVELLE CLASSE DE TRAVAILLEURS

Cependant tout cela doit se jouer dans une perspective d’articulation des trois dimensions : individuelle, collective et sociale. Sans quoi la notion ne serait qu’une incantation exacerbée au plus absurde des individualisme.

De ce point de vue « le travail le dimanche » devrait être possible pour ceux qui ont besoin ou envie de le faire, à la seule condition (cohérente avec le désir de travail) de fonder un projet ambitieux de transformation de la vision du travail, projet politique assumé susceptible de concerner chaque citoyen et toutes les entreprises créant une vraie nouvelle voie pour l’inscription dans le travail par la création d’une nouvelle classe de travailleurs

1) Ceux qui seront davantage orientés « adaptation aux opportunités » qui peuvent travailler aussi le Dimanche dans certaines conditions ( ce qui est actuellement le seul cas envisagé)

2) Ceux qui seront davantage orientés  » maintien de repères connus » qui ne travailleront jamais le Dimanche pour des raisons qui les regardent. ( c’est le cas des opposants au projet)

3) les nouveaux travailleurs, ceux qui seront inconsciemment orientés « acceptation de normes nouvelles » qui ne travailleront que le dimanche : retraités, étudiants, stagiaires, chômeurs longue durée et d’autres encore

Chacun des trois cas devant pouvoir bénéficier de toutes les sécurités, et des conditions spécifiques, contrôles relatifs à leur état, de telle sorte que cette nouvelle possibilité n’ouvre aucune facilité au non droit et plus de fluidités au désir de travail.

Nous reviendrons évidemment sur la possibilité d’inventer ces nouveaux travailleurs

1) La synthèse des arguments.

Pour : On doit bien constater la diminution ou disparition des contraintes religieuses originaires. Le travail dominical est une nouvelle liberté, la possibilité d’un gain de productivité pour sortir de la crise. Cela s’appuie sur le respect de la liberté du citoyen dans une démocratie et maintient la possibilité d’une amélioration choisie de l’organisation de l’existence, si on accorde un peu de foi à l’adaptation progressive des hommes à la modernité

Contre : il faut préserver le repos le dimanche car il s’agit du maintien de la garantie d’un temps passé en famille, d’un repère à dimension historique, symbole d’une culture identitaire. Cette disposition est une nouvelle contrainte cachée, la négation des avantages acquis de haute lutte, pour le progrès de l’homme, l’arrogance néo esclavagiste d’un libéralisme mondial pervertissant la démocratie. Gardons de la vigilance vis à vis de la capacité des foules à accepter l’asservissement.

2) 10 caractéristiques du désir de travail :

  1. le désir de travail est pulsionnel au sens strict
  2. inconscient,
  3. visant fondamentalement la survie de l’espèce,
  4. vectorisé i.e. pourvue d’un sens.
  5. exigeant une scansion,
  6. régulant en permanence la question du lien entre le sujet et l’objet
  7. devant perpétuellement trouver dans la tâche qui l’exprime et les résultats qui l’impriment, les symboles de son origine ( les signifiants pulsionnels du sens du travail),
  8. satisfaisant d’inévitables motions sado-masochistes, pour élaborer de protectrices instances idéales,
  9. devant se laisser accepter par le regard social et – last but not least –
  10. pourvu, malgré les apparences, de modalités absolument singulières d’un sujet à l’autre.