Un avis sur mon livre…

Merci à Aurélie Solenne (son Twitter) pour sa critique positive de mon livre sur les personnalités difficiles. Article trouvé sur son blog.

Des personnalités difficiles ou dangereuses, on en a tous rencontrés. Des chieurs et des emmerdeuses. Des pénibles de toutes sortes. Je suis bien persuadée que les bibliothèques ne sont pas épargnées (loin de là !), alors je me suis dit que j’allais vous parler un peu de ce livre.

Les personnalités difficiles ou dangereuses au travail : identifier les comportements et gérer les troubles / Roland Guinchard. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, imp. 2013, cop. 2013.

Tout d’abord, je l’ai lu d’une traite, tant je l’ai trouvé passionnant, et c’est bien pour ça que je vous le recommande. Pourtant, je partais avec un a priori négatif, sachant qu’il s’appuie sur l’hypothèse psychanalytique, dont je n’avais pas une bonne image. Mais Roland Guinchard a une écriture si claire, si synthétique, si convaincue, ses exemples sont si bien choisis, que j’ai trouvé difficile de lui résister. Ce qu’il dit fait sens et il m’a semblé reconnaître dans ses descriptions quelques personnes… Surtout, il donne des conseils très pratiques pour gérer les personnalités difficiles dans le cadre du lieu de travail. Enfin, j’en ai aussi un peu appris sur moi.

Toujours pas convaincus ? Alors je vais vous résumer une petite partie de son raisonnement.

Tout d’abord, la définition d’une personnalité difficile :

« Une personnalité difficile manifeste un comportement inadapté à la situation de travail, de façon répétitive et sans raison accessible, entraînant une gêne réelle pour l’entourage professionnel et pour la performance de l’entreprise, avec une vraie difficulté, voire une certaine souffrance, de la personne difficile elle-même. »

Partant de cela, il faut savoir que nous sommes tous des névrosés. Ce qui est une bonne nouvelle car cela veut dire que nous sommes pas des psychotiques. Les névroses sont là pour compenser les petites explosions d’énergie inconsciente qui bouillent sous le voile de notre conscience et s’en échappent parfois. Au final, chacun de nous est en moyenne à 70% hystérique, à 20% phobique et à 10% obsessionnel. C’est lorsque ces pourcentages dévient fortement de cette norme qu’une personne devient une personnalité difficile.

Les hystériques regroupent la plus grande part des personnalités difficiles. Chez une personne normale, l’hystérie, c’est ce qui nous pousse à nous interroger sur ce que les autres pensent de nous, leur opinion, l’impression qu’on leur fait, c’est l’envie de plaire.
Chez la personnalité difficile à tendance hystérique, on va remarquer un aspect démonstratif (la personne « donne à voir », que ce soit en bien ou en mal, pour être admirée ou critiquée), un aspect touchant à la dimension du corps (le corps désirable ou le corps en plainte, ceux qui « allument » et ceux qui se plaignent constamment d’avoir mal quelque part), un aspect d’inauthenticité (excès dans la présentation des sentiments, variations fréquentes et rapides de l’humeur, les problèmes personnels envahissent l’environnement professionnel) et enfin un aspect d’insatisfaction (l’hystérique ne peut être satisfait, jamais).
Alors, comment gérer une personnalité hystérique ? La formule que propose Roland Guinchard repose sur 95% de distance et 5% de reconnaissance. Il faut, en toutes circonstances, rester professionnel et relativement distant mais savoir, de temps en temps et quand c’est justifié, féliciter et dire que les choses vont bien. Car en fait les personnalités hystériques semblent être angoissées par une absence de repères, ne sachant pas exactement où se situe la frontière entre vie professionnelle et vie privée. Elles vont alors tester cette limite pour s’assurer qu’elle existe bien. Il faut donc matérialiser d’autant plus fermement cette limite afin de les rassurer, sans oublier de leur donner leur dose homéopathique de compliments.

Je vous laisserais découvrir par vous même les deux autres versants des personnalités difficiles : les obsessionnels et les phobiques ; ainsi que les personnalités dangereuses représentées par les psychotiques, soit paranoïaques, soit pervers… C’est un voyage vraiment passionnant dans la psyché humaine, dont on ressort un peu changé et avec un nouveau regard sur nous-même et sur les autres.

 

Plus du même blogueur > quandleslivres.blogspot.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s